Si le cycliste se retrouve bien moins confronté à la pluie qu'on pourrait a priori le penser, il est malgré tout difficile d'éviter complètement les gouttes en Belgique. Mais pas de panique : pour rouler à vélo tout en restant sec, il existe heureusement de nombreuses solutions. 

Équipez-vous

Outre les éléments classiques destinés à vous rendre visible (vêtements clairs, gilet fluo, bandes réfléchissantes...), pensez à vous protéger de la pluie. Il pleut beaucoup moins souvent qu'on pourrait le penser (7% des temps de déplacement) et le cycliste peut facilement décaler son départ le temps que passe le gros de l'averse. Mais si vous circulez régulièrement à vélo, peut-être n'est-il pas inutile d'investir dans un équipement qui vous permettra d'affronter n'importe quelles conditions météo.

Vélo sous la pluie

 

  • La veste imperméable : elle est généralement suffisante pour un usage quotidien. Préférez un tissus étanche mais "respirant" (qui permet d'évacuer votre transpiration). Veillez également à ce qu'elle comporte un capuchon et que celui-ci ne vous obstrue pas la vue lorsque vous tournez la tête de côté. Un capuchon à visière peut également être un plus. Pour ceux qui ont opté pour le casque vélo, sachez qu'il existe des protections de pluie destinées aux casques.
  • La cape : en cas d'averse plus soutenue, la cape offre une bonne solution pour parcourir de petits trajets. Si elle protège relativement bien les jambes, elle est cependant moins efficace qu'un pantalon de pluie. Elle peut en outre gêner vos mouvement et offre une résistance au vent (ce qui réclame davantage d'efforts de la part du cycliste). 
  • Le pantalon de pluie : le pantalon de pluie n'est peut-être pas très sexy mais offre une excellente protection contre les averses. Il s'enfile généralement par-dessus vos vêtements : privilégiez les pantalons qui comportent une fermeture éclair de côté, plus facile à enfiler ou retirer.
    Des sur-chaussures ou des guêtres peuvent également s'avérer pratiques pour éviter que la pluie ne dégouline de votre pantalon directement dans vos chaussures. 
    Il existe également des jupes de pluie ainsi que des jambières qui couvrent uniquement les cuisses : plus pratiques à enfiler, ces systèmes offrent cependant une protection moindre qu'un pantalon.
  • Les sacoches : quel que soit le modèle pour lequel vous optez, privilégiez des sacoches étanches afin de conserver vos affaires au sec. 
     

Équipez votre vélo

  • Une garde-chaîne ainsi que des garde-boue sont indispensables si vous souhaitez éviter les projections d'eau ou de boue. Ces éléments peuvent être facilement ajoutés sur un vélo, certains modèles de garde-boue arrière s'arriment simplement à la tige de selle et peuvent être facilement (dé)montés. 
  • Le couvre-selle : cette protection étanche de la selle s'avère pratique lorsque vous stationnez votre vélo si vous ne voulez pas vous retrouver avec le fond de pantalon mouillé une fois que vous vous remettez en selle. 
  • La protection anti-pluie pour vélo : ce type de protection s'adapte directement sur le vélo, avec une capote qui protège le cycliste à la manière d'un petit toit et des protections latérales. Amovible et facilement rétractable, ce dispositif protège parfaitement le haut du corps du froid et de la pluie (les jambes restent cependant exposées). Il s'avère également plus encombrant, offre davantage de résistance au vent et peut limiter la visibilité en cas de forte averse. 
  • Le parapluie pour vélo : certains dispositifs d'attache permettent d'accrocher n'importe quel parapluie à votre guidon, d'autres dispositifs (attache + parapluie) sont spécifiquement conçus pour le vélo et offrent une flexibilité qui leur permet de résister au vent. Idéal pour les trajets assez courts et en cas de petite pluie, l'avantage du parapluie est qu'il peut être utilisé comme n'importe quel parapluie une fois votre vélo garé. 

 

adaptez votre conduite

Vélo sous la pluie

En cas de forte pluie, la visibilité de tous les usagers est réduite : adaptez votre vitesse et redoublez d'attention.

Prévoyez des distances de freinage plus grandes : lorsqu'ils sont mouillés, les patins de freins adhèrent moins à la jante. Évitez de freiner d'un coup sec si vous ne voulez pas terminer en glissade ! Les systèmes de frein à disque offrent à ce niveau une meilleure qualité de freinage. 

Méfiez-vous des surfaces glissantes : en cas de pluie, les surfaces métalliques (taques d'égouts, rails de tram...) et les surfaces peintes (bandes blanches...) peuvent se transformer en véritables patinoires. Mieux vaut donc les éviter dans la mesure du possible, ou les aborder avec prudence. 

 

À découvrir aussi...

• L'application IRM Météo pour smartphones
• Le radar des précipitations sur Buienradar (NL) et Météovista
• L'équipement par tous les temps : le guide achat de Pro Velo

8120 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ