En ce début d’année parlementaire, la réforme du CoBAT est à l'ordre du jour. Une réforme qui concerne également les matières relatives à la mobilité. Et certaines modifications ne sont pas sans inquiéter les associations cyclistes GRACQ et Fietsersbond, ainsi que le BRAL et IEB. C'est en ce sens qu'une lettre a été envoyée ce 3 octobre 2017 à l'ensemble des membres du Parlement bruxellois. 

"Nous réclamons avec force que le Parlement bruxellois n’approuve pas toute modification du CoBAT qui irait dans ce sens, en particulier celles qui consistent à affaiblir la participation de Bruxelles Mobilité dans les commissions de concertation et dans l’élaboration des plans qui concernent la région bruxelloise". La lettre ouverte adressée ce 3 octobre à l'ensemble des parlementaires bruxellois ne peut être plus claire !

Là où le bât blesse...

Deux mesures suscitent plus particulièrement des craintes au sein des associations :

  • l’exclusion de l’administration de la mobilité des commissions de concertation. Les discussions et décisions concernant la délivrance de permis pour le stationnement, les travaux de voirie, les projets urbains, etc., devraient donc se tenir entre experts en urbanisme, environnement, patrimoine… mais sans aucun expert en mobilité ! C'est un véritable retour en arrière : l'introduction d'un représentant de Bruxelles Mobilité au sein des commissions de concertation date en effet de la dernière réforme de l'État. Une mesure qui permet d’assurer une plus grande cohérence entre les politiques de mobilité et leur concrétisation sur le terrain, ce qui est loin d’être un luxe à Bruxelles. 
  • la nouvelle mouture du CoBAT offre en outre l’opportunité au gouvernement, au seul moyen d’un "Plan d’Aménagement Directeur" (PAD), de s’écarter de tous les autres plans contraignants, comme le Plan Régional d’Affectation du Sol (PRAS) ou le Plan Régional de Mobilité (PRM). Mais là encore, l’administration bruxelloise de la mobilité ne sera pas – ou à peine – associée à l’élaboration des PAD

De telles mesures ne permettent pas d'augurer un mieux pour la mobilité à Bruxelles. Nous espérons donc que cet appel sera entendu sur les bancs du Parlement bruxellois, à l'occasion du vote en séance plénière le 13 octobre prochain. 

Florine Cuignet

10031 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ