Les véhicules motorisés ne respectent pas toujours l'écartement minimal fixé par la loi quand ils dépassent un cycliste (1 m en Belgique). Et les forces de l'ordre s'avouent souvent impuissantes à agir dans ce domaine. Pourtant, la police de West Midlands (Grande-Bretagne) a récemment démontré que l'on pouvait intercepter et éduquer les conducteurs récalcitrants !

Pour lutter contre les manœuvres de dépassement dangereuses qui menacent les cyclistes, la police de West Midlands a mis sa créativité au service de la sécurité à vélo. Elle envoie ses agents (en civil) à bicyclette sur les routes, munis d'une petite radio permettant de signaler à des collègues postés plus loin les véhicules qui les frôlent de trop près.

Les conducteurs en infraction sont interceptés et reçoivent, sur place, une petite séance éducative de 15 minutes sur les dangers des dépassements trop proches (moins d'1,5 m au Royaume-Uni). Un tapis pédagogique a été conçu spécialement pour l'occasion. Pour les récidivistes, c'est un PV qui les attend...

West Midlands Police (GB)

 

L'opération est un succès : le nombre d'amendes pour dépassements dangereux a diminué de 50% dans la zone, tandis que les plaintes des cyclistes ont aussi reculé. La médiatisation de l'action a certainement porté ses fruits auprès du grand public. À tel point que la police de West Midlands est en train de former 18 autres zones de police britanniques à l'opération. 

On notera aussi le rôle influent des caméras portées par les cyclistes eux-mêmes, dont les images sont acceptées lors de plaintes auprès de la police.

L'association britannique CyclingUK demande que cette méthode de contrôle des dépassements, peu coûteuse, se généralise, afin de faire connaître (et respecter) la règle de droit. Les polices continentales devraient également s'en inspirer !

Luc Goffinet

En savoir plus

8528 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ