Après Bruxelles, la Wallonie se lance à son tour dans l'analyse de ses accidents cyclistes. Les premiers enseignements sont connus : les séniors sont les plus vulnérables, comme ailleurs, et le nombre de blessés/tués stagne (hélas) ces dernières années.

Constat amiable d'accident

C'est à l'Agence Wallonne de la Sécurité Routière (AWSR) que l'on doit cette première analyse des accidents à vélo au sud du pays. Elle se base sur les constats enregistrés par la police.

Attention toutefois, car la police ne connaît qu'une partie des accidents : seul 1 accident à vélo sur 5 se retrouve en effet consigné dans un PV.

En 2016, la Wallonie déplore 13 tués à vélo sur ses routes (71 en Belgique), 59 blessés graves et 625 blessés légers (respectivement 943 et 8590 en Belgique). Ces chiffres sont bien sûr à mettre en relation avec les chiffres de la pratique du vélo dans chaque région du pays. Une pratique hélas non mesurée en Wallonie, faute d'observatoire de la mobilité.

Statistiques Accidents Vélo (SPF Economie)

Environ 1/3 des décès sont des accidents isolés, tandis que 2/3 des cyclistes décédés sont tués dans un accident impliquant une voiture. Quatre cyclistes blessés sur cinq le sont dans un accident avec un autre véhicule.

Où se situent ces accidents ?

Au total, 76% des accidents recensés le sont en agglomération. C'est dans les provinces du Hainaut (33%) et de Liège (36%) que l'on compte le plus de victimes, assez logiquement car ce sont aussi les plus peuplées.

Plus intéressant : 72% des accidents corporels surviennent en section courante, 26% en carrefour et 2% en giratoire. Cela signifie-t-il que les giratoires sont "sûrs" en Wallonie ? Pas nécessairement, car les rond-points peuvent très bien effrayer les cyclistes non aguerris, qui les évitent donc, ou peuvent donner lieu à des accidents moins graves (non recensés).

Quand ont-ils lieu ?

Environ 70% des accidents sont recensés entre avril et septembre, avec un pic de décès en mai/juin. Un tiers survient le week-end et quasiment aucun la nuit.

Qui sont les victimes ?

8 fois sur 10, le cycliste impliqué dans un accident est un homme. Est-ce le reflet d'une témérité masculine ou de la pratique wallonne du vélo ? On ne peut le déterminer, car les données relatives au genre manquent tout autant que les statistiques vélo détaillées en Wallonie.

La moyenne d'âge des cyclistes impliqués dans un accident est de 40 ans. Pour les accidents mortels, elle est de 55 ans, ce qui corrobore une fragilité plus grande des séniors (42% des décès à vélo sont des personnes de plus de 65 ans).

Quelles en sont les causes ?

L'ouverture de portière reste problématique : elle est un facteur d'accident à vélo dans 5% des cas, mais est liée à 10% des décès. L'angle mort n'est quant à lui pas un problème majeur en Wallonie, puisqu'aucun accident grave entre un vélo et un camion n'est à déplorer récemment.

Une analyse plus fine des causes de ces accidents nécessiterait que l'AWSR accède aux PV détaillés des accidents : cela devrait se faire prochainement, étant donné qu'il s'agit d'une recommandation des États Généraux Wallons de la Sécurité Routière.

Luc Goffinet

En savoir plus

10583 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ