Ce mercredi 7 mars, se tient la commission vélo de la Ville de Bruxelles, une réunion où se discute la politique cycliste de la Ville. Autour de la table : des représentants des cyclistes, du cabinet Els Ampe (Mobilité) et de l’administration.  Mais faute d’écoute et de vision de la part des autorités bruxelloises, les cyclistes n’ont pas l’impression de réellement participer à un dialogue. GRACQ, Fietsersbond, Pro Velo et EUCG remettent en question le fonctionnement de la commission.

Les cyclistes entendus mais pas écoutés

Si les cyclistes sont entendus au sein de ce comité, on est loin d’une véritable concertation. La Ville n’informe pas correctement les associations par rapport à ses plans et projets en matière de politique vélo. Quant aux commentaires et les propositions formulées par les associations, ils restent trop souvent ignorés. La Ville doit travailler à l’instauration d’un vrai dialogue avec les cyclistes. 

Des itinéraires cyclables régionaux mis à mal

Les cyclistes sont particulièrement alarmés par le manque de respect que manifeste la Ville vis-à-vis des itinéraires cyclables régionaux (ICR). Au sein du Pentagone, ces itinéraires cyclables ont une grande importance, et pourtant la Ville n’a pas hésité à toucher à plusieurs d’entre eux. L’accès au Pentagone via la rue des Cendres a été supprimé. La piste cyclable de la rue Ducale n’est plus qu’un souvenir. Tout récemment, des potelets ont fleuri sur la piste cyclo-piétonne du quai du Commerce afin de permettre le transit du trafic automobile, en dépit des déclarations de l’échevine assurant, lors de la commission vélo du 13 décembre 2017, qu’il s’agissait d’une situation temporaire.

Quai du Commerce

Une politique du "plaire à tout le monde" inefficace

Avec la mise en œuvre du piétonnier et du plan de circulation dans le centre, la Ville a concentré tout le trafic sur un certain nombre de petites rues étroites. "Très mauvaise idée", ont tout de suite réagi les associations cyclistes. Il y a trop peu d’espace pour assurer une bonne cohabitation entre cyclistes, voitures, camions et bus. En jouant la carte du "plaire à tout le monde", la Ville refuse d’opérer de réels choix de mobilité. Une politique inefficace qui, au final, mécontente tout le monde, comme l’a démontré l’accueil réservé au décevant projet de réaménagement de la rue des Six Jetons.

Une commission vélo remise en question

À bout de patience, les associations cyclistes comptent profiter de cette commission vélo pour aborder la question de son fonctionnement et demander à la Ville de couper court au démantèlement des ICR. Elles revendiquent davantage de respect pour les cyclistes de la part de la Ville, un respect qui doit se traduire sur le terrain.  

Florine Cuignet

à lire aussi...

10583 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ